Perspective – Sachez distinguer les groupes de pression avec qui il est possible de collaborer

PR_Engagement

Téléchargement(s)
Perspective
de recherche

 

Les groupes de pression sont aussi des parties prenantes de l'entreprise. Il existe d’importantes différences idéologiques entre les groupes activistes. Ils utilisent aussi une grande diversité de tactiques pour promouvoir leur idéal, dont le développement durable. Certains groupes de pression sont radicaux et concentrent leurs activités sur la critique des pratiques qu'ils jugent contraire à leur idéal (le développement durable par exemple), tandis que d'autres groupes proposent aussi de nouveaux modèles d'action. Ces derniers peuvent collaborer avec les entreprises pour faire valoir leur approche. Ils peuvent donc devenir les alliés des entreprises proactives.

Contexte

Les groupes de pression sont des parties prenantes dont l’entreprise doit tenir compte. Les différences idéologiques entre les groupes activistes font en sorte que certains d’entre eux feront de meilleurs alliés que d’autres. Les entreprises ont tout intérêt à comprendre les stratégies d’actions de ces groupes afin de distinguer ceux avec lesquels il est possible de collaborer.

Faits saillants et conclusions

L'objectif des groupes de pression est le changement institutionnel c'est-à-dire changer les façons de faire ou de voir les choses, au sein de l'entreprise et de la société. Par exemple, les groupes environnementalistes souhaitent que le système économique ne détruise pas l'environnement et que les entreprises ne polluent pas.

Le processus de changement institutionnel passe par des phases de dégel des normes existantes (désinstitutionalisation) de transformation, puis de regel de nouvelles normes (réinstitutionalisation).

  • La désinstitutionalisation passe par la critique des façons de faire.
  • La réinstitutionalisation consiste à élaborer et promouvoir de nouvelles façons de faire.

Les groupes radicaux axent leurs actions uniquement sur la désinstitutionalisation tandis que les groupes réformateurs s'impliquent aussi dans la phase de réinstitutionalisation. Les groupes radicaux critiquent même les entreprises proactives. Pourquoi? Parce que c'est tout le système qu'ils remettent en cause.

Les groupes réformateurs critiquent les retardataires mais peuvent travailler en partenariat avec les entreprises proactives. Pourquoi? Parce que c'est un moyen pour eux de montrer que leur idéal est réalisable. Cela contribue à prouver la viabilité de l'alternative qu'ils proposent.

Implications pour les gestionnaires

La compréhension des stratégies d'action des différentes parties prenantes permet d'identifier les groupes de pression avec qui les collaborations sont possibles et de reconnaître ceux avec qui cette stratégie d'engagement des parties prenantes a très peu de chance de succès.

Implications pour les chercheurs

L'article contribue à une meilleure compréhension de l'environnement sociétal des entreprises et des stratégies d'action des parties prenantes. Il contribue à la compréhension du changement dans la théorie institutionnelle.

Méthodologie

Ce texte s'appuie sur la littérature des mouvements sociaux en référence aux nouvelles perspectives d'action politique. Se basant ainsi sur une large revue de la littérature, ce texte intègre à la gestion d'entreprises des perspectives issues des sciences sociales.

Source

Den Hond, F., de Bakker, F.G.A. 2007. Ideologically Motivated Activism: How Activists Groups Influence Corporate Social Change Activities. Academy of Management Review, 32(3):901-924.

Résumé par

Jean-Philippe Guillemette et Marie-France Turcotte