par

Les entreprises qui font le choix de suivre périodiquement leurs coûts environnementaux tendent à avoir de meilleures performances environnementales et financières que leurs concurrents. Telle est la conclusion à laquelle sont parvenus Jean-François Henri, Olivier Boiral et Marie-Josée Roy de la FSA-ULaval suite à une enquête sur les pratiques de gestion environnementale réalisée auprès de 319 entreprises manufacturières canadiennes en 2009.

« Il est important pour les gestionnaires de s’intéresser aux coûts environnementaux car pour 1$ de coûts environnementaux visibles peut se cacher jusqu’à 10$ dans d’autres postes de dépenses tels les frais généraux de fabrication ou les frais d’administration », explique Jean-François Henri, professeur à l’École de comptabilité. « La réduction des coûts environnementaux constitue une importante source de motivation pour les entreprises envers le développement durable. »

Pourquoi suivre les coûts environnementaux?

Le but ultime du suivi des coûts environnementaux est de les rendre visible afin de conscientiser les membres de l’organisation à leur importance et les inciter à prendre des actions qui vont non seulement réduire ces coûts mais aussi certains impacts environnementaux qui leur sont associés. Donc, en suivant les coûts environnementaux les entreprises peuvent simultanément accroître leur performance environnementale et financière. Elles peuvent aussi contribuer à sensibiliser les employés à ces questions. Par exemple, des dirigeants qui prennent conscience de l’importance croissante des coûts de traitement et de disposition des matières résiduelles seront appelés à mobiliser l’attention des employés à cette réalité afin de prendre des actions pour réduire ces coûts qui peuvent être très significatifs. En réduisant la quantité de matières résiduelles à la source, non seulement les coûts de traitement et de disposition seront moindres mais l’impact environnemental négatif sera également réduit. En somme, le suivi des coûts environnementaux est une façon de quantifier le développement durable dans les organisations en démontrant les implications et les conséquences financières des décisions stratégiques et opérationnelles.

Comment suivre les coûts environnementaux?

Étape 1 : L’identification des coûts environnementaux

Les entreprises doivent comprendre les différents types de coût se rattachant à leurs opérations. Selon la classification développée par United States Environmental Protection Agency (EPA)1, on retrouve notamment :

  • Les coûts dits conventionnels tels les matières premières directes et indirectes et l’énergie;
  • Les coûts potentiellement cachés tels les audits, les systèmes de contrôle interne et la formation.
  • Les coûts éventuels tels les pénalités, les amendes et les frais juridiques.
  • Les coûts reliés à l’image et aux relations avec les parties prenantes tels les campagnes d’influence et le lobbying.

Étape 2 : L’accumulation des coûts environnementaux

Les entreprises doivent ajuster leur système comptable afin de pouvoir enregistrer les coûts environnementaux identifiés précédemment dans des comptes spécifiques.

Points saillants

  • Les coûts environnementaux ne sont pas toujours visibles dans les systèmes comptables actuels
  • Le suivi des coûts environnementaux par les systèmes comptables rend ces coûts quantifiables et incite les employés à mettre de l’avant des actions.
  • Ces actions réduisent les coûts environnementaux ainsi que les impacts environnementaux.

Auteurs: Jean-François Henri, Olivier Boiral et Marie-Josée Roy

Source : Henri, J. F., Boiral, O., & Roy, M. J. (2014). “The Tracking of environmental costs: Motivations and impacts”. European Accounting Review, 23(4): 647-669.

1.  www.epa.gov